Prise en main du smartphone de Jolla


Il est enfin arrivé, après plus de 2 semaines d'attente pour cause de rupture de stock. Malheureusement le colis est incomplet puisqu'il manque 2 des 3 'Other Half' (les coques arrières). J'ai envoyé un mail à Jolla pour savoir où était ses 2 pièces manquantes.

Une fois cette légère déception passée, j'ai observé l'emballage d'un peu plus prêt. La boite est sympa, sobre. Le logo Jolla est écrit en argenté et entouré de lignes de code

[gallery columns="2" ids="417,418,422,424"]

Le contenu est très basique : le smartphone, la batterie, un câble USB/micro USB et un bloc alim secteur sur lequel on peut branche le câble USB. Pas de pair d'écouteur, on a juste le strict minimum. Notons tout de même la présence de 2 stickers au nom de la firme.

Au premier démarrage, un tuto vous explique comment utiliser cet OS basé sur la gestuelle. En effet, que ce soit pour fermer une appli, valider ou annuler une action, retourner sur l'écran principal ou lire un SMS, toutes ces actions se feront par un mouvement de haut en bas, ou de gauche à droite ou inversement, sans oublier que si le geste commence en dehors de la surface de l'écran, cela n'aura pas le même effet que s'il prend son départ sur la surface d'affichage. C'est donc une nouvelle façon d’appréhender son smartphone et je doit avouer que j'étais assez enthousiaste en testant ces nouvelles fonctions. Cette façon de faire, très différente d'Androïd, iOS ou Windows Phone est vraiment rafraichissante, surtout après 5 années chez Androïd.

Lorsqu'un menu est disponible, une lumière vous indique que vous pouvez tirer l'écran pour faire apparaitre ce menu. La sélection d'une entrée du menu se fait en tirant plus ou moins.

[gallery ids="431,427,426"]

Lorsqu'on ferme une application en swipant de droite à gauche (pour la fermer réellement, c'est de haut en bas), celle ci se 'range' sur la page principale et reste tourner en tache de fond. SailfishOS est multitâche. Les applications qui ne sont pas fermées continues de se mettre à jour et ne sont pas gelées comme cela peut être le cas sur les autres plateforme. Vous pouvez avoir jusqu'à 9 applications en parallèle

[gallery ids="428,429,430"]

Au premier démarrage, SailfishOS vous propose de connecter vos comptes Google, Facebook et Twitter. Il regroupera ensuite toutes les notifications au même endroit, que vous pourrez retrouver en swipant du bas vers le haut. On peut ensuite facilement ajouter un compte email, un compte xmpp (intégré sans appli à installer) et sont même présent les connecteurs CalDAV et CardDAV que j'ai pu brancher sur mon instance zimbra.

Mais que manque-t-il à ce smartphone en fait? Premièrement, le store n'est pas très fourni. Il est cependant possible d'installer des applications Android en installant quelques market. Je n'ai pas encore testé cette fonctionnalité.

L'écran n'offre pas une très bonne définition, ainsi que la camera 8Mp. Les photos sont de piètre qualité par rapport à ce dont on est habitué. L'appareil photo à même tendance à prendre les photos après vous avoir annoncé que la photo à été prise, ce qui peut avoir tendance à faire des photos floues.

Ce n'est pas un foudre de guerre, si vous voulez jouer, passez votre chemin. Par contre, l'OS est très fluide dans son utilisation.

Je suis sûr qu'il a plein d'autres défauts que je trouverai lors de son utilisation quotidienne. Ceci dit, l'OS me semble simple à appréhender. Le système lumineux indiquant les actions possibles est très bien pensé et fait bien son boulot de guide.